Le coeur de ville

Le Bourg centre

La visite d’un bourg commence souvent par la découverte des édifices les plus remarquables ou les plus visibles et le point de départ pourrait en être l’Office de Tourisme. Il suffira alors de quelques pas pour se trouver face à l’église.

L’église de Saint-André

L’origine de cette église est peu connue. Son existence est attestée à la fin du XIVe. Après avoir été détruite en 1562, elle fut reconstruite dans son état actuel et agrandie de 1779 à 1789. Son élégant clocher, de type saintongeais, le seul de l’île, a été édifié en 1713.
A l’intérieur, on peut s’attarder sur de remarquables objets mobiliers dont certains ont été classés. Ainsi, à droite, dans la chapelle Saint André, on peut admirer un magnifique retable du XVIIIème, en bois doré, restauré en 1977.
Voir aussi, au-dessus du maître autel, une grande toile datée de 1865 et signée Omer CHARLET, peintre d’origine oléronaise. Elle représente la Vierge à l’enfant sur une estrade et entourée des saints honorés dans l’île, André, Georges, Trojan et Pierre.
L’église possède également un bel orgue, à l’origine orgue de salon construit en 1905 par Charles MUTIN.
Un autre tableau daté de 1854, accroché près des Fonts baptismaux et dû aux pinceaux de ARMAND-DUMARESQ, représente “Le Christ mort”. Il mérite une réelle attention tant pour le sujet et une grande puissance d’expression que pour le talent du peintre.
Ne pas oublier la note de modernité avec les vitraux du Maître Verrier Félix RAZIN, atelier de NANTES.

Après cette visite de l’église, s’arrêter un instant au cimetière où sont enterrés des soldats Anglais, naufragés du bateau “Lancastria” bombardé et coulé en quelques minutes par des avions allemands à la sortie du port de SAINT NAZAIRE.
Les victimes ont été ensevelis ça et là dans les cimetières depuis la côte de Jade jusqu’au sud de Royan.

Maison aux symboles maçonniques

Maison maçonnique Dolus d'Oléron

Au 4 de la Grande rue, face à l’Hôtel de Ville, une belle demeure, actuellement occupée par une couturière et une entreprise de portage, est particulièrement intéressante. La façade est richement décorée et ornée de nombreuses sculptures.
Un cartouche, au-dessus de la porte d’entrée, indique la date de construction 1892. Chaque linteau de fenêtre est orné d’un décor particulier. A droite, on peut voir, sur l’un des ornements de linteau, les symboles maçonniques qui laisseraient à penser que le sculpteur (ou le propriétaire des lieux) était franc-maçon. La présence d’un balcon en pierre, sur consoles, et très ouvragé, est tout à fait exceptionnelle.

Monument aux Morts

Monument aux morts

Le monument aux morts de la 1ère guerre mondiale, oeuvre d’André VINCENT, sculpteur oléronais, présente une paysanne coiffée d’une kichenotte (kissnot) avec son fils devant la tombe de son mari, symbolisée par un casque posé sur des lauriers, seul élément guerrier de la composition. Par un geste de la main, dirigée vers l’inscription « Souviens toi » elle rappelle le sacrifice d’un père pour sa patrie.

Les commentaires sont fermés